Poèmes des années 90 à aujourd'hui

Poèmes

       Dans ces années-là, j'écrivais des poèmes: j'allais dans la forêt, un peu n'importe où dans le Jura, mais surtout sur la Roche d'Antre.

J'y allais par tous les temps. En hiver, j'aimais entendre les craquements de la glace laiteuse du lac d'Antre. J'aimais aussi voir le passage d'une petite meute de lynx. C'était un moment où je me ressourçais: je lisais, j'écrivais, je contemplais au loin la chaîne du Mont Blanc. Je communiais avec la nature et aussi avec mon histoire: j'avais devant moi le panorama de toutes mes ballades et dans le contre-bas, le trou de Saint-Claude et cette Maîtrise qui avait été ma première sortie hors de ma tribu!

     Ces quelques poèmes donnent un goût de tout ce que j'ai pu écrire et inventer alors: le reste , presque, s'est envolé dans les nettoyages successifs... Peut-être , un jour j'en publierai d'autres!

Cliquez sur la page 2 pour accéder aux deux livres de poésie  et allez à la page 3 et 4 pour goûter deux premiers poèmes...

Mes petits enfants

Poèmes de mes petits enfants

Mes petits enfants: j'ai pensé à eux quand j'ai vu ce qu'ils faisaient à l'école. Ici , il y a quelques exemplaires de ces joyaux. Vous pourrez juger l'enchantement que j'ai eu...

Ces  poèmes ont été écrits  par Maya et par Ambre: elles avaient entre huit et treize ans.

cliquez sur ce lien et vous pourrez disposer du document sinon continuez sur cette page:

Poèmes écrits par mes enfants

L'enseignement

 

 

L'enseignement

Ce fut mon métier dans lequel je fus heureux: j'ai aimé cette relation privilégiée avec mes élèves, vraie pâte à modeler pour en faire des êtres debout, pour leur ouvrir des perspectives d'une  possible personnalité, pour leur en donner les moyens, pour les mettre sur une voie de liberté...

Les trois poèmes rapportés ici décrivent des moments peu sympathiques du Mammouth: les exils forcés et un exemple de conseils pédagogiques de planqués ou de fous. Ici il s'agissait réellement d'un fou, pédant idiot...

J'ai écrit ces trois poèmes en situation.

Du monde et des hommes - Poésie Lettre -A-

Du monde et des hommes - Poésie Lettre -A-

Je classe la poésie sur ce site par ordre alphabétique des thèmes et je vous souhaite bonne lecture: peut-être y trouverez-vous du plaisir? Peut-être vous grincerez des dents! Peut-être aurez-vous envie d'entrer dans la danse!

Aurons-nous le plaisir de lire quelques-uns de vos poèmes!


Avril

Avril accroche en son dos tous les poissons

Traînant dans les rues des commerces au bel air

Schizophrénie des moralisateurs tricheurs

Tromperies pour des gens bien intentionnés depuis leur niche fiscale

Îles aux plaisirs non partagés et rêches sans pertes sèches

Pauvres continents miséreux facilement embobinés

Par les clowns enfarinés depuis leur blog apparemment transparent

Au compteur bien huilé , au clic grassement payé

Un million d'euros ramassés en février pour un seul clown grillisé

qui ne veut pas gouverner avec les perversités en partis encastrées,

En son parti par lui muselé . Alors, combien d'euros pour tous les petits ministrants 

sous couvert d'une intransigeance sans faille vampirisent la populace exsangue?

Et combien pour les journalistes bloggers, pour les grandes Dames , pour les grands Messieurs

Chez qui vous allez cliquer pour vous faire enfumer.

Si vous ne le saviez pas , avec un clic , vous méritez bien deux claques :

celle de donner à un voleur et celle de perdre votre honneur !

 

En avril , ne te découvre pas d'un clic !


Amour

Les amours adolescentes

Dans un chapelet de "Je t'aime!" qui s'enroule autour d'un grand-père toujours surpris par la violence de tels assauts, l'adolescent débordant de cinq centimètres un cœur et un corps devenant chaque jour un peu trop long.

Expression saccadée d'une maladresse naïve, mais combien touchante aux sens propres et figurés!

Frau Welt n'est pas loin, Douce inconnue pour ces moments d'embrassements, elle est totale illusion. Absolue de la sensation affective d'un monde résolument chaleureux, elle présente le côté merveilleux de l'instant.

L'adolescent ne voit pas que ses bras croisés dans ce dos embrassent la décomposition d'un corps déjà rongé par le ver de la mort.

Il enfouit la tête dans le creux de l'épaule, où rien d'autre n'existe qu'un bain de bonheur et un profond appel à l'oubli d'une réalité insensée.

La mort lui est cachée, la vie qui se lève de l'orient ne lui est pas annoncée. Il ne lui reste que cet instant vite chassé par l'instant suivant . Un souvenir fort restera jusqu'au moment où lui aussi sombrera dans la nuit de l'oubli

Et pourtant dans cette vie embrassée qu"il sait aller vers la mort dans sa dégradation visiblement commencée, il y voit un appel à un amour pour toujours, peut-être y verra-t-il un jour un chemin, une direction quittant les apparences pour rejoindre le cœur des profondeurs d'un royaume où tout homme trouve une place de vie accomplie au-delà mort.

Chaque petit de l'Homme est promis à ce Royaume d'Amour dès maintenant depuis son Orient sur le cahotant chemin de sa propre histoire jusqu'au-delà de son Occident. Nouveau Gaspard Hauser errant dans le monde des apparences, il ne chantera plus son désespoir "Je ne me suis pas trouvé beau!... Personne n"a voulu de moi !" Sa musique résonnera de son cœur et envahira la terre "Quelqu'un sur mon chemin m'a trouvé beau!... Les portes du beau sont ouvertes. " Comme les santons sur les routes de Provence chantant la lumière venue du ciel, Gaspard,, l'enfant trouvé, ira chantant sur ses chemins qu'il s'est retrouvé...

 


L'Assomption : Poème pour le mois d'août 2015

 

Une première vision des vampires

Août sous le signe auguste des empires

Une mondialisation sanguinaire

Gestion anarchique des places boursières

 

Un combat sans merci pour sa propre suprématie

Semences noires de terrorismes, racismes,

Totalitarismes, purs fondamentalismes

Engendrant des économistes inquisiteurs maffiosi

 

Dans l'Enfer de cette divine comédie

Un royaume se vit sous un tout autre choix,

Toujours aimer au long du chemin de la vie

Comme Jésus, jusqu'à la mort sur une croix.

 

Regarder l'autre, tout l'autre proche, lointain,

Le rencontrer. Et dans sa singularité,

L'aimer sans autoréférentialité

 

Un royaume d'amours aux lendemains

Sans fins , au-delà de notre mortelle fin

Une Assomption vers le Père avec Marie

 

 

Un royaume que personne ne peut ravir,

Un royaume que tu peux choisir de servir.

 

En l'honneur du 15 août 2015

 


La naissance de l'âme - Poésie pour le mois de mai 2016

 

Le souffle de la vie, énergie divine

 

Explosion primordiale

Étincelle microcosmique

Expansion astronomique

Projection astrale

 

De l'être une naissance

La matière énergie

De la nature une enfance

la relation enfouie

 

Un idée de bien-être

Étoiles filantes

De vies déferlantes

Bactéries pauvres êtres...

 

Végétaux racinés dans la matière

Animaux, âmes sensitives, altières

Homo sapiens, âme savante

Raison et intelligence, pensantes...

 

Homo faber, âme spirituelle,

Créatrice, naturantes mains

Guidée par l'idée du Bien

L'Être-énergie principiel

 

Père Créateur,

Elohim fédérateur

Elshadaï Pantocrator

Yahweh justice et bonheur

 

Père, Fils, Esprit animés

Dans la Trinité au complet

Pour la caravane humaine

 

Jésus, étoile du Berger,

D'une direction le reflet

Du sens du vrai Amour l'haleine

 

 


Sur la Roche d'Antre - Le 3 Janvier 1992

 

Écoute la route, toi qui fus doute

Vive la paix, toi qui t'en fais

 

L'histoire d'une génération pleine de passions

Voilà ce que je vais commencer,

Narrateur à la première personne,

présent envahissant?

 

Lecteur, dis-le-moi, je m'effacerai

J'ai l'habitude, les enfants s'y entraînent ces temps

sur un vide qu'ils laissent en mon cœur

Beaucoup de choses tournent un peu dans le vide

ne tournent pas rond,

c'est dur, être devenu la dernière roue de là charrette!

 

Air de rupture, erreur de jeunesse, errance de la vie

au milieu des illusions de liberté reniée en autorité fossilisée

retrouver dans mon face à face miroitante fracture?

 

Les enfants n'y sont pour rien dans ce tintamarre intérieur, révélateur de ce qui aurait pu t'arriver dans des ans plus dégradés,

Quelle est l'aventure nouvelle que tu peux construire?

Ton aventure où l'autre viendra en visite, ton aventure que tu décideras à pleines dents

Je rêve, mais pourquoi rêver?

 

Arrivée sur la Roche d'Antre couverte de neige

Derrière la ligne des crêts du Jura

Ce bruit d'avion éternel, qui prend son essor

Le lac d'Antre gelé étrange dans cette couleur laiteuse

Et le fond des montagnes, la ville un peu dans une brume

une brune assez claire éclaire les crêtes qui sortent , Îlots flottants, dérivant vers les bords d'une Bienne

 

Un sapin cassé plonge sa cime dans le lac.

Écrire, écrire, écrire,

La beauté de cette création sans cesse travaillée

Toujours sur ces socles renouvelés

 

Noël 91 dans un chalet dans les Alpes, nouvelle expérience d'un plus qu'adolescent avec la drogue, avec des plaquettes marron, naïve découverte de l'adulte

dose à se rendre malade au point que le copain prend peur et avertit le père. quelle peur rétrospective!

 

Aider les individus à savoir dire non, non et re-non, c'est dur de dire non à beaucoup de choses?

Triste chose de se trouver dans des situations où tous les dés sont pipés, où les choix sont daubés, où on ne sait

plus dire «non»

non à ce qui se présente,

non, à la rigueur,

non au refus du refus,

non à la tentation

non au plaisir qui s'offre dans un sens encensé insensé

 

Que de rives n'ont-ils pas dérivés ces gens innocents! Un rêve en cache d'autres, une rive habille d'autres réalités plus prosaïques,

souvent plus animales, c'est bien normal?

on a besoin de rencontres , de sexes,

les pénétrations, de tendres jouissances violentes,

ah! les culs-de-sac!

 

Pas violents craqués dans la neige glacée d'une marche essoufflée!

Attente de l'événement qui viendra peut-être dire sur cette route folle

il n'y a pas que cela,

dire il n'y a pas que toi,

dire c'est pas toi,

dire c'est pas de ma faute,

c'est pas moi

c'est toi qui as déglingué l'horloge,

qui a déglingué le rêve que je formais avec toi...

 

Rouages d'une création méconnus, utilisés, abusés, dé-finalisés!


L'architecte d'intérieur

L'architecte d'intérieur a toujours rêvé

D'une façade à son image rêvée

Jamais atteinte, toujours dépassée

Dans sa dévaluation forcée permanente

Son ego lézardé

Au travers des fissures bées

Entrevoit un espace ordonné

A un bonheur autre que rêvé

L'illusoire illusion s'estompe

Dans une espérance violente

D'un temps inversé,

Naissance à la divine éternité

 

 

 

 

 

la poésie en elivres

Vous pouvez aller lire les poèmes que vous désirez en cliquant sur l'un des deux titres:

 Les poèmes sont mis dans l'ordre alphabétique des thématiques et au début de chaque fascicule vous trouverez la table des matières qui vous permettra de chercher ce qui peut vous attirer...

 

Vous aurez peut-être envie de donner un prolongement à ces poèmes en souhaitant y ajouter un commentaire ou même en y ajoutant votre poème: contactez-moi et je vous donnerez un espace pour le faire . J'en serai très heureux, car je vois d'un très bon œil , oui,  que ma communauté de lecteurs et d'écrivains puisse s'agrandir...

 

 

 

 

 

 

 

Tome 1 de la lettre A à I :

quelques thèmes pour vous donner un avant-goût de lecteur ( Amour, Babel, Création, Divine Comédie, une sortie de l'espace, Gaspard Hauser retrouvé, Inventaire à la Prévert, .... )

 

Tome 1 de la lettre J à Z :

Quelques thème pour ce tome qui ouvre la deuxième moitié de l'alphabet de J à Z:  ( Jésus et la croix, la Lumière, les poèmes de Maya, Miséricorde, Mai, Prométhée dans les vallées, Panthéon, Le Prolétariat récupéré, Raminagrobis, Solidarité je vous hais, Le bon Samaritain, Sisyphe, Le 11 Septembre Noir, La voracité du vide, ...)

 

Bonne lecture et surtout à bientôt !