Le bon Samaritain

Lecture de la parabole du « bon » samaritain

 

Jésus, tu es arrivé au milieu des hommes de ton temps

Déjà, tu les surprenais par ta présence

par les histoires que tu leur racontais.

Ils ne les comprenaient pas

Ils ne te comprenaient pas

Tu étais réellement trop « pas comme les autres »

Tu ne pouvais pas penser « normalement » comme tout le monde.

Tiens! Cette histoire du « bon » samaritain,

Je crois qu'ils ont du mal à la comprendre et surtout à l'accepter

Comment? Un étranger, meilleur que nous? Ce n'est pas possible! Il y a anguille sous roche, Si cet étranger fait ça, c'est qu'il y a intérêt. Allez savoir pourquoi! Mais c'est sûr ce n'est pas gratuit: il y gagne quelque chose....

Je crois, Seigneur, que je peux me reconnaître aisément dans ces réactions de tes amis juifs qui te suivaient sur ton chemin.

Comme eux, aujourd'hui, je marche au milieu d'un monde où il y a toujours autant de loups et de brigands que de ton temps. Autour de moi, des gens sont maltraités, laissés sur le bord du chemin, ou même dans le bas fossé. Je passe, et souvent, je ne les vois même pas, ou bien je ne me sens pas concerné. Je ne peux pas porter tous les malheurs du monde! J'essaie déjà d'aider mes amis, ceux de chez moi...

Et pourtant tu m'appelles à élargir mon regard à tous ceux qui sont sur ma route et même dans les bas fossés, à tous, même ceux que je ne vois pas!

Comme eux, j'ai du mal à te comprendre. J'ai ma dignité, je ne peux pas me mêler à ces gens-là! Ce sont des étrangers, ça ne me regarde pas ou bien peut-être c'est de leur faute s'ils en sont là! Je ne veux pas aller dans ces histoires troubles et puis ces gens qui sont sans le sou, ces sans papier, ces malades en tout genre, ils y sont bien pour quelque chose s'ils en sont là!... Ne serais-je pas un peu prêtre ou pharisien? Ne suis-je pas raide et digne dans ma bonne conscience, avec ma morale « réponse à tout »? Est-ce que je ne me range pas un peu vite du côté des explications des puissants, des prêtres, des pharisiens de tout poil, des télés people, des marchands d'illusions, des « sauve qui peut » individuels de notre société de consommation?

Comme eux, mais alors là, je ne peux pas comprendre, pas du tout: tu me demandes de payer de mon propre temps et de mon propre argent les soins, les frais d'hébergement, et le bouquet, tu me demandes de revenir vérifier s'il a été bien soigné et s'il ne faut pas aller plus loin dans le suivi de ce malheureux!

Oui, Seigneur par ce dernier temps de la parabole, tu m'indiques clairement le chemin à suivre aujourd'hui. Tu me donnes comme modèle, le samaritain: lui a su conduire son blessé dans l'auberge de l'aubergiste qui devait savoir et pouvoir le soigner. Non seulement il a répondu à l'urgence malgré ses obligations, il avait un voyage à faire, mais encore il a promis de revenir pour vérifier et payer les frais supplémentaires éventuels de l'aubergiste...

Seigneur, j'ai encore beaucoup de chemin à faire. Aide-moi et guide-moi comme tu l'as fait de ton temps avec tes amis juifs, avec tes disciples...

Liste des articles de la catégorie